Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2008

Ce samedi soir, chez moi dans la commune d’Etterbeek. Je rédige l’article que vous allez lire et j’essaye d’y déployer toute mon énergie, parce que je vous avoue que je suis plus ou moins crevé ! En effet, j’ai près de 16 heures cumulées de boulot et de préparation dans les pattes et pour la petite histoire, je suis rentré peu avant 7 heures du matin au plus grand concert organisé au campus du Solbosch : les Nocturnes de l’ULB.

En effet, j’ai participé à cet évènement annuel qui se déroule au moment des fêtes de la Communauté française (comprenez francophone) de Belgique notamment dans les coulisses en faisant partie du staff, un bon plan pour connaître des gens de la fac et se faire des amis (merci, le Président ! LOL). Durant ces deux derniers jours, j’ai veillé avec nombre d’étudiants bénévoles de l’ULB au bon déroulement de la soirée ainsi qu’aux préparatifs quelques heures auparavant.

A cette occasion, des dizaines de milliers de personnes sont venues pour écouter de la musique, et ce sous toutes ses formes puisque cinq scènes thématiques (Hip-Hop, Rock, Electro, Musiques du monde et Rap) étaient installées dans l’ensemble du campus sans compter les très nombreuses baraques à frites et brasseries ambulantes où la Gueuze et le Krieg coulaient à flots. D’ailleurs, en tant que membre de l’organisation, il a fallu faire de temps en temps la police de temps à autre pour calmer les quelques excités ou personnes complètement bourrées afin que la fête se déroule sans encombres.

Toujours est-il que la fête s’est bien passée même si j’étais à bout de force vers les six heures du matin. Les nocturnes de l’ULB sont en tout cas un moment sympa à faire si on est de passage fin septembre d’autant que ce n’est pas tout les jours que l’on voit un campus universitaire se transformer en boite de nuit géante (en tout cas, pas en France !)

Et en guise de conclusion, voici l’Avenue Paul Héger (une artère piétonne à l’intérieur du site du Solbosch aux alentours de six heures du matin, cela se passe de commentaires !)

Read Full Post »

Sortie de crise ?

Hier soir, la Nouvelle alliance flamande (NVA), le parti indépendantiste mené par Bart de Wewer (photo), a décidé de quitter la coalition gouvernementale belge dirigée par le Premier ministre de centre-droit, Yves Leterme.

A première vue, le retour des indépendantistes flamands dans l’opposition n’est pas synonyme de bonne nouvelle pour la vie politique belge dans la mesure où une telle annonce pourrait accentuer la crise politique que connaît la Belgique depuis les élections législatives de juin 2007. Qui plus est, le départ du NVA pourrait bien forcer le leader du CD&V, Yves Leterme, à quitter la rue de Loi et passer la main à un autre responsable politique. Car il faut rappeler que Leterme a scellé une alliance avec les indépendantistes flamands pour remporter les précédentes et gouverner le pays. Qui plus est, cette alliance avait également cours au sein du gouvernement régional flamand et le retour dans l’opposition de la NVA remet en cause toutes chances de victoire pour le CD&V dans la perspective des élections régionales de juin 2009.

Néanmoins, et bien qu’il faille rester extrêmement prudent, le départ du NVA de la coalition gouvernementale fédérale pourrait être les prémisses d’une sortie de crise pour la Belgique, c’est du moins le vœu souhaité par certains. Ainsi, d’autres partis flamands comme le Sp.a (socialistes) ou bien encore les Progressistes flamands se sont prononcés pour une exclusion de la formation de Bart de Wewer du gouvernement régional flamand. Même son de cloche pour les libéraux de l’Open VLD (le parti du précédent Premier ministre Guy Verhofstadt) qui, par la voix de son président Bart Sommers, ne cache plus son envie de se débarrasser du NVA en déclarant qu’il en avait « marre de la NVA » ajoutant : « Nous ne pouvons plus être pris en otages par un parti qui veut foutre en l’air notre pays »

C’est en effet, la NVA est une formation qui regroupe 4 à 5% des électeurs belges (précisions, en Flandre), ce qui suffit amplement pour gripper la machine et les négociations actuelles sur la réforme de l’Etat. L’objectif des indépendantistes flamands (mais également de l’extrême droite incarnée par le Vlaams Belang de Filip de Winter) est simple : la fin pure et simple de la Belgique et l’avènement d’une Flandre indépendante. Dès lors, toute discussion allant dans le sens du maintien de l’unité belge est plus ou moins inacceptable pour Bart de Wewer dans la mesure où cela dessert ses intérêts. Dès lors, ce dernier, face aux hésitations du Premier ministre Leterme, partagé entre son alliance et l’exercice du pouvoir, a choisi et a préféré quitter la coalition gouvernementale fédérale.

Toujours est-il que le départ de la NVA marque une bonne occasion pour la classe politique belge de reprendre ses esprits en entamant plus sérieusement et plus sereinement un nouveau cycle de négociations sur la réforme de l’Etat. Quant au gouvernement Leterme, charge à lui de prendre acte de cette nouvelle donne et de clarifier ses positions, s’il ne souhaite pas se retrouver sur la sellette une fois de plus.

NB : vous pouvez également retrouver l’intégralité de cet article sur mon blog politique (Actupol)

Read Full Post »

Journée sans voiture

Voilà une initiative dont le maire de Paris – un certain Bertrand Delanoë – pourrait bien s’inspirer !

En ce dimanche 21 septembre, premier jour de l’automne, les rues de Bruxelles étaient bel et bien vides ! Pas une voiture à l’horizon ! Rien, hormis des familles entières qui roulaient à vélo dans les principales artères de la capitale belgo-européenne. Aussi, j’en ai profité pour partir à la visite de Bruxelles, les transports publics étant de plus gratuits à cette occasion.

Je commence par prendre la ligne 81 du Tram en direction de Zuidstation (Gare du Midi). Là bas, changement de tram en direction du Parc des Expositions, à la limite avec la région flamande. Arrivé sur place, je me rends compte que je suis tout proche de la Flandre et l’envie de m’y rendre l’emporte.

Ainsi, je me rends dans un petit village flamand à proximité de Bruxelles (environ 1,5 km) très clame. Contrairement à ce qui est souvent décrit par nos médias français, je n’ai pas vu de discrimination quelconque envers les francophones, et j’en ai même entendu certains parler en français, sans compter que je pouvais de temps à autre trouver quelques inscriptions en français même si c’était le néerlandais qui était la règle.

Après cette très brève incursion en Flandre (Province du Brabant), retour dans la région de Bruxelles-Capitale. Une traversée du Parc des Expositions et me voilà devant l’Atomium. Pour ceux qui ne sauraient pas, l’Atomium est un monument spécialement créé pour l’Exposition universelle de 1958 et qui symbolise l’unité de la Belgique. Cinquante ans après, le monument est toujours là et garde de son sens, surtout par rapport à la situation politique actuelle.

Quelques photos plus tard, je m’arrête devant le stade Roi Baudouin (Koning Boudewijn Stadion) du nom de l’ancien et charismatique roi des Belges mort en 1993. L’actuel stade résident de l’équipe nationale belge s’appelait anciennement Stade du Heysel (Heizel Stadion), enceinte tristement célèbre en 1985 en raison de graves incidents survenus dans les tribunes entre les supporters de la Juventus de Turin et ceux de Liverpool lors de la finale de la Coupe des Clubs champions (l’actuelle Ligue des Champions ou Champions League). Par la suite, je prends le métro pour regagner le centre de Bruxelles. Je descends alors à la station De Brouckère et atterris au Boulevard Anspach (Anspachlaan). Là, je m’arrête le temps d’acheter un sandwich au « Subway » (si vous êtes de passage, je vous le conseille, leurs sandwiches sont délicieux !) et ensuite direction la Grand’ Place. Une Grand’ Place bien remplie, dès lors je ne m’attarde pas et poursuit mon chemin direction la Gare Centrale (Centraal Station) !

Là, je regarde avec attention l’intérieur de la Gare : bien éclairée et assez vaste, rien à voir avec nos gares françaises, on sent bien qu’elle est ancienne et qu’elle date des années 1930 ! Par la suite, je reprends le métro direction chez moi ! Mais juste avant, petit passage à la Commission européenne. Arrivé à la station « Schuman », je prends des photos de la rue de la Loi (Wetstraat). D’habitude, cette rue, qui borde les institutions européennes, est bouchonnée mais là, il n’y a pas âme qui vive ! Un grand silence prend place et on voit au loin cette rue qui se jette à l’extrême centre de Bruxelles.

Après une correspondance à la station « Merode », je suis de retour chez moi ! Bien évidemment, j’aurais aimé visiter d’autres lieux de Bruxelles, notamment les serres royales et le domaine royal de Laeken (là, où réside notamment la famille royale) ! Mais bon, on ne peut pas tout faire et puis, je me dis que cela sera pour plus tard ! Toujours est-il que j’ai été emballé par cette journée sans voiture car elle a permis de visiter autrement la ville. Je me dis alors qu’une telle initiative est possible en France notamment dans des grandes villes comme Grenoble, Nantes, Marseille, Lyon ou Paris dans la mesure où (pour Paris, Marseille, et Lyon), elles sont de la même superficie sinon plus que Bruxelles ! Mais pour cela, il faut une volonté politique, et ça, c’est une autre histoire !

Read Full Post »

Hier soir, j’ai assisté à un débat très intéressant à propos de Bruxelles, la capitale de la Belgique mais le siège des institutions européennes organisé par le Centre Démocrate et Humaniste, l’équivalent du Modem de François Bayrou, chez nous.

Il faut dire que je n’avais pas prévu de venir à cette réunion qui plus est politique. Toutefois, la thématique proposée (« Bruxelles, au centre de tous les enjeux ») m’a convaincu et par les temps qui courent, je voulais savoir ce que les Bruxellois pensaient de la place de leur ville au sein de l’UE mais aussi et surtout au sein de la Belgique, une Belgique en pleine tourmente, il faut le rappeler.

Et je dois vous avouer que je n’ai pas été déçu par ce forum : les débats et les intervenants étaient de qualité et les analyses pertinentes notamment celles de Jean-Pierre Stroobants, correspondant du journal Le Monde à Bruxelles mais aussi des autres invités qui je l’espère ne m’en voudront pas trop d’avoir oublié leur nom. Durant plus d’une heure et demie, il fut question de Bruxelles et de sa place dans la Belgique fédérale mais aussi du rôle qu’elle peut jouer dans la crise politique qui touche le plat pays sans compter les relations qu’elle entretient avec les régions flamandes et wallonnes.

Un débat intéressant mais il ne faut pas l’oublier, la politique n’est jamais loin et bien que Benoît Cerexhe (ministre régional chargé de l’emploi) et Joëlle Milquet (Vice-Premier ministre et ministre fédérale chargé de l’emploi et de l’égalité des chances et présidente du Cdh) ont rappelé que la réunion d’hier soir n’était pas un lancement de campagne des élections régionales prévues en juin 2009, l’actualité politique n’était jamais trop loin. Ainsi, si une fois encore, Joëlle Milquet a plaidé en faveur de l’unité de la Belgique, elle a tout de même voulu ne pas biaiser sur la réalité de la crise de son pays.

Un sentiment qui m’a été confirmé lorsque j’ai pu échanger quelques mots avec elle à la fin de la réunion. Un échange intéressant et franc, sans langue de bois qui a duré en tout et pour tout, une quinzaine de minutes, un exploit quand on sait que nos chers responsables politiques hexagonaux jouent plus ou moins à l’homme pressé.

A suivre…

PS : je lance un appel : si vous êtes belge et que vous êtes calé sur la vie politique et institutionnelle de votre pays, votre aide serait la bienvenue, histoire que je puisse expliquer à mes compatriotes, le fonctionnement institutionnel de la Belgique, mais de façon simple et exhaustive !

Vous êtes prêts à relever le défi ? Alors, laissez-moi un commentaire ! 😉 (En attendant, je me contenterai de présenter les partis politiques !)

Read Full Post »

Les vacances et la semaine d’intégration sont bel et bien finies ! Maintenant place à la rentrée universitaire et au difficile choix des cours à prendre au sein de l’ULB et du département auquel je dépends : celui de Sciences Politiques (je sais, cela ne s’invente pas !)

Dès lors, la semaine qui vient démarrer est plus ou moins anarchique dans la mesure où je dois choisir mes cours dans le cadre de mon Master à l’IEP et en fonction du nombre de crédits ECTS que je dois valider pour le premier semestre (soit 30 crédits). Il faut également que je me constitue un emploi du temps supportable et compatible avec les cours que je souhaite suivre. Il faut enfin que je fasse attention à choisir les bons cours et vérifier que certains ne sont pas fermés aux étudiants ERASMUS ou bien en accès limité ou bien encore qu’ils sont bien dispensés au premier semestre ! Bref, c’est tout un programme et je ne peux prendre mon temps dans la mesure où d’ici au 10 octobre, je devrai soumettre mon choix de cours à mon responsable de Master, choix que ce dernier devra valider et que l’ULB devra entériner.

Bref, ce n’est pas tellement la joie et il va sans dire que je vais vraiment adorer la paperasse administrative !

Read Full Post »

Ma semaine d’inté se termine avec un petit pique-nique dans le Bois de la Cambre (Terkamerenbos) non loin du campus du Solbosch de l’ULB. Une après-midi sympa sous le soleil bruxellois (Si, si je vous jure cela existe !) que j’ai prolongé avec d’autres ERASMUS dans un café, place Flagey (Flageyplein). Là, devant moi, il y avait plusieurs nationalités et on échangeait des mots en anglais, français en passant de temps en temps à l’espagnol.

Et puis, d’un seul coup, j’ai voulu prendre cette photo :

 

Je vous fais rapidement les présentations. De gauche à droite : Marta (Italie), Rune (Danemark), Maria (Espagne), Rudolph (Allemagne) et Julia (Italie).

En prenant cette photo, je me suis dit que l’occasion était trop belle d’autant plus qu’elle est symbolique à mes yeux. En effet, nous voilà étudiants ERASMUS à Bruxelles, capitale de l’Union Européenne… Tout un symbole !

Et comme le dit si bien mon ami Vincent : oui le peuple européen existe !

Read Full Post »

La semaine d’inté se poursuit et après une soirée tranquille chez moi pour mieux récupérer de ma journée de lundi, je me rends à nouveau à l’ULB pour un drink de bienvenue organisé par le Programme International SOCO.

La réunion se fait en compagnie du Doyen du département de SOCO, Pascal Delwit, qui nous souhaite la bienvenue en français et en anglais. Petit topo sur l’ULB, Bruxelles et la Belgique en général et ensuite on passe rapidement au verre de l’amitié.

Ce drink marque également l’occasion pour moi de faire de nouvelles rencontres et c’est ainsi que je fais la connaissance de deux Sud-coréennes qui ne sont à Bruxelles que pour un semestre seulement. La discussion se fait intégralement en anglais, les deux filles n’étant pas à l’aise avec la langue de Molière.

Et c’est sous un beau soleil – qui a dit qu’il pleuvait tout le temps en Belgique ? – que je fais la connaissance d’autres ERASMUS : des Allemands, des Portugais, des Coréennes… on confronte nos cultures et nos points de vue, on échange sur bon nombre de sujets, bref c’est une façon géniale de s’ouvrir au monde et aux autres.

Et dire que c’est grâce à l’Union Européenne tout cela ! Que les Pères fondateurs bénissent le programme ERASMUS !

A suivre…

Read Full Post »

Older Posts »